Bonne annee

Bonne annee 2009 pour le démarrage de cette Chronique Metropolitaine quotidienne et sans accent.

L’annee demarre blanche et vierge sous une petite neige douce et legere, petits flocons serres, qui recouvre d’une fine lingerie eclatante le gris de nos rues.
L’annee demarre identique a la precedente avec le lancinant message de patience du haut-parleur dans cette rame surchauffee.

Les tenues sont disparates et les bonnets et les echarpes et les tetes nues et les tetes chauves et les gros chapeaux russes se melangent au sommet de ce parterre de travailleurs voyageurs. Les lecteurs et les joueurs et les ecouteurs et les ecouteurs dormeurs et les riens du tout et les regardeurs droit devant et les regardeurs dans le vide se melangent assis ou debout, calmes ou agites pendant que le train avance doucement entre acceleration et freinage, arret et redemarrage. Evidemment ce matin a la radio ils ont conseille de prendre les transports en commun. Comme si ces derniers fonctionnaient mieux sous le neige et pleine de gens ras la gueule. Douce blague pour demarrer la journee.
Les voyageurs n’ont pas fait de vœux de colere pour 2009. Ils sont calmes. Ils sont en parenthese en attendant que cela passe. Ils se souviennent meme de ce petit coup de freins bien sec pour s’arreter en gare. gare a ce coup qui en inattention vous oblige a faire connaissance avec votre voisin.
Ils se souviennent en sentant la petite goutte de sueur couler sous le bras que la ratp se croit obligee de chauffer les rames alors qu’une source naturelle de chaleur, cinq voyageurs au metre carre, couverts pour affronter sans les quatre autres le froid exterieur est en fonctionnement permanent.
Nouveau message de patience gare de lyon ou nous sommes passes a dix voyageurs au metre carre. C’est gentil mais on ne partira nulle part. Pas d’inquietude, cher chauffeur. J’imagine a peine les gens au bout de dix secondes descendant tous de la rame. Une bonne idee peut etre.

Madame cuir a cote de moi se regarde dans la vitre. Depuis sa queue de cheval tres haute dans sa criniere noire, son rimel intense autour des yeux, son rouge pulpe fraise sur ses levres rondes, son visage rebondi, son corps cintre dans sa combinaison de cuir noir, la fermeture eclair tendue sur sa poitrine prete a exploser.

A chatelet je suis sorti a travers un mur humain qui voulait prendre ma place. J’ai cru que j’allais rerentrer dans le train porte par la foule hero malgre moi.

Ligne 4 incident. Voyageurs sur la voie. Prochaine rame dans 2 minutes. C’est court mais cela ne suffit pas a vider le quai.
Loin du quai point d’espoir de monter dans une rame ou a chaque porte ne descendent que deux ou trois personnes. Pres du quai peur du vide peur des voies peur de la bousculade. Le juste milieu est dur. L’attente est longue.
Un peu d’air un peu d’espace un peu de sa propre respiration. Est-ce irraisonnable?
Et hop un petit message de regulation du trafic. Deux minutes d’attente.
Point de promesse de la ratp pour 2009. Point de changement non plus. Les visages de mes voisins sont en position d’attente tournes vers eux-meme. Attente et patience. Deux mots pour decrire des heures.

Sarah est gelee sur son strapontin. Elle se tient les deux mains serrees l’une dans l’autre. Les epaules recouvertes d’un gilet noue autour du cou par les manches au dessus d’une longue doudoune. Les pieds dans des tennis sont aussi serres l’un contre l’autre. Elle essaie de faire rentrer une moitie d’elle meme dans l’autre pour que la premiere rechauffe l’autre.

Étiquettes : ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :