froid, vitesse et un peu glas.

Toujours froid. Toujours tres froid sur le quai ouvert a tout vent. Je propose de fermer les entrees du tunnel avec de grandes baches pour que nous ayons bien chaud en attendant les trains surtout ceux qui ont du retard.

Encore un train plein d’humour. Il s’annonce pour 7h53. Et puis tranquille, alors que son copain d’avant arrive, il decide d’anoncer 7h59.
-Tu s’rais pas en retard toi, juste assez pour avoir la politesse de le dire?
-Ben non juste un peu lent ce matin. La nuit a ete froide dans le hangar. Y nous chauffent pas alors j’ai eu un peu de mal a fermer l’oeil.

Miracle. Une station. Une place. Je m’assoie. Deux stations deux places. Je change de voisine. Certains jours on a de la chance. Esperons qu’on ait pas mange toute celle du mois.

Encore une qui a eu du mal a dormir. Ma voisine diagonale, mere de mon voisin facial, a la valise profonde sous ses deux yeux las. Son fils a lui l’air en pleine forme. L’inquietude de la mere. L’innocence de la jeunesse.

Ca continue quatre stations quatre places. La mere et son fils descendent. Immediatement remplaces par une jolie rousse et un monsieur qui refuse d’etre chauve a force de garder quelques cheveux eparts et perdus, dresses de peur et de ridicule. Je ne crois pas qu’ils soient ensemble.

Ce matin le train roule a une vitesse incroyable. La gare de lyon arrive presque trop vite. Paradoxe du chroniqueur. Plus le train fonctionne moins il a le temps d’ecrire.
Sur le quai les petits gilets jaunes sont deja en place. Calmes. Gentils. Ils doivent en avoir des choses a raconter sur le comportement du voyageur au moment ou la porte se ferme.

Aujourd’hui Catherine et sa charmante voix d’aeroport a annonce l’arrivee a Chatelet de maniere efficace. Elle a dit ‘Chatelet’ et Chatelet est apparu, clair, fort, le quai plein de monde.

Si un vieux laisse une place a une vieille, est-ce que je dois lui laisser la mienne. Etre poli c’est dur. Bon ben ils descendent tous les deux.

Pub sur le gratuit de ma voisine. La France avance. Renault accelere. Il ne risque pas de se prendre le mur. La France recule.

J’ai failli loupe ma station tellement ca va vite ce matin. En plus j’etais assis. Ca ralenti. Pas l’habitude. Je commence a m’inquieter.
Je suis vite rassure par un bel ecran jaune qui annonce un probleme electrique sur la ligne B et donc des perturbations. Ouf la journee est normale.

Assis sur mon strapontin, je suis compresse entre le mur et mon voisin. Il veut absolument avoir les deux fesses sur le sien. Il va falloir lui expliquer qu’il peut pousser. Le mur ne bougera pas. Je m’inquiete. Il lit ‘pour qui sonne le glas’.
Au final apres un flux descendant nous sommes tous les deux colles l’un a l’autre devant tous les strapontins vides. Sommes-nous trop fiers ou trop cons pour ne pas bouger et etre plus a l’aise? Les deux je crois.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :