portes, femmes, foule et celebrite.

Metro a gogo. Metro pour gogo.
Pourquoi est-ce si beau
Tous les jours de prendre le metro?

Les gens suivent la meteo.
Les vetements ce matin sont un peu moins chaud.
Les vetements ont ete plies ranges dans les armoires tout en haut.

Les femmes conducteurs m’ont toujours paru plus diplomates. ‘sans la fermeture des portes nous ne pourrons pas partir’. Sourire dans la voix. Signal de depart. Rien. Signal de depart. Rien. Les femmes ne sont pas toujours diplomates. ‘un probleme de porte m’oblige a stationner pour une raison iconnue et un duree indeterminee.’ d’un ton bien enerve par ce connard de voyageur qui ne peut meme pas voir que sa porte est ouverte. D’aucuns arrivant sur le quai en profitent pour ouvrir les portes et monter. Ce serait malpoli de refuser l’invitation d’un train qui vous fait la gentillesse de vous attendre.
Finalement nous partons evitant de justesse le ‘ce train a un probleme technique qui ne nous permet pas d’assurer la securite des voyageurs. Vous etes pries de tous descendre’. Pour un homme grand communiquant c’eut ete ‘tous les voyageurs doivent descendre du train’. Arret peu apres la sortie de la gare d’un petit coup bien sec provoquant la rencontre in ou opportune, a chacun sa chance, de voyageurs mal accroches. Le voyage pourrait etre drole.
Ce train d’une densite agreable au moment ou j’y suis monte est devenu une boite de nuit intime ou tout le monde serait habille pour faire une immense bataille de boules de neige ou un concours de luge. Chaud chaud.

Nation. Nouveau message pour la fermeture de porte. Inquietude. Mais immediatement resolu cette fois-ci.

Pres de la fenetre, Marie lit Closer avec toutes ses stars sous leur meilleurs jours. Alexia, a sa droite, lit Closer au rythme de Marie. Jean, debout a droite d’Alexia regarde les images de Closer.

Gare de lyon nous accueille d’une foule en delire. Serres contre le train ils veulent monter pour nous saluer nous serres dans leur bras. Ils nous aiment. Je ne sais pas pourquoi. Je ne crois pas que nous ayons fait quelque chose de special. Mais les stars de closer non plus. Alors s’ils nous aiment profitons en. C’est une foule digne d’une star de closer. Et ils s’engouffrent a l’ouverture des portes. Ils se serrent a nous de maniere indecente. Soufflant sur nos visages leur haleine chargee de dentifrice, ils grognent et vituperent sur les suivants qui voudraient aussi nous toucher.

Chatelet est encore plus enthousiaste. Un mur humain de plusieurs epaisseurs nous fait face collee aux vitres du train. Mais je suis desole je dois descendre ici. Laissez moi sortir. Laissez moi sortir! Et la foule s’ecarte a peine. Elle me laisse un passage qui me permet difficilement de sortir et je sens tous ces corps qui me touchent, veulent me toucher. Je sors enfin de cette maree humaine comme on sort de l’eau alors que vos poumons sont prets a eclater. Leger.

La foule en délire, après ma descente...

La foule en delire, apres ma descente du train a Chatelet.

Par la fenetre avant de mon wagon, je la vois derriere la fenetre arriere du sien. Collee. Pensive. Les yeux perdues derriere ses cheveux brun tombant. Cette separation est assez poetique bien qu’elle ne favorise pas tellement la discussion. Pourquoi ne suis-je pas sur la ligne 1 ou 14?

Mes compagnons de train sont partages entre le vague, le sommeil et la lecture. 1 sommeil, 3 paires d’yeux dans le vague de leurs reves intimes, 4 en pleine lecture, 2 gratuits, 1 monde et 1 qui bosse. Et le dernier moi-meme qui ecrit. Les vagues -1. Telephone +1.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :