rate, publicite ambulante, pack portuguais et voyageur.

Ahhhhhhh!!! Je l’ai loupe! Oh putain. Il est la. Carte. Tourniquet. Course. Escalier. Descente. Ne pas se planter. Attention a ceux qui montent. Et schlak! Le bruit de 50 portes qui se ferment en meme temps sur 200 metres de quai. Et merde! 4 minutes a attendre. Rien qu’a l’ecrire, on sent le ridicule de la phrase, de la pensee. Le suivant arrive deja.

07:20
Il est super tot ce matin. Je sus deja assis. C’est un vrai calme de sommeil qui m’entoure. Bon d’accord si on enleve le bruit un tout petit peu present du train. Mais a part ca on sent bien que les gens sont cases dans leur siege et regrettent leur couette. Cette impression s’efface au gre des absorptions de voyageurs.

Et le train s’enfonce dans la nuit noire. Dans un tunnel.

Ca y est. J’ai reussi a caser mes jambes. A imbriquer mes jambes avec celles de mon voisin d’en face. Grande asperge de 20 ans. Plongee dans 2 survets quicksilver, un bonnet noir nike, des gants caches sous les aisselles, un sac a main masculin eastpack plein de taches blanches, un pantalon blanc a poches laterales un peu sale. Je parie sur un peintre. Un peintre sponsorise. Il touche 1 euro par jour pour se balader avec ces marques.

Il est remplace a nation par une jeune fille rousse tres serieuse. Cheveux peignes droits vers le bas. Grand manteau marron un peu long un peu lourd. Micro sac a main en bandouliere et malette de cuir marron presque neuve sur les genoux. Elle sort immediatement un criterium et un gros dossier devant moi sans se douter de ce que je note. The power of knowing. Des pages et des pages de questions en anglais. Elle prepare c’est mon dernier mot, Jean-Pierre! Je rigole. Ca a l’air moins lucratif.

Ce qui est bien a cette heure prematinale, c’est d’avoir une vision de ce qui devrait a peu pres etre en permanence. Une place assise pour chacun. Un possible debordement gere par une a deux personnes debout. Des trains a l’heure. Des trains rapides. Pas un reve non. Mais l’impression que ca fonctionne. L’impression de ne pas etre seulement mouton. D’etre un peu voyageur. Agreable.

Soudain, la mafia portuguaise envahit le carre de mon strapontin. 5 femmes typiques du stereotype. Et ca papote. C’est sympa.

A ma droite claudine ma voisine se bat contre un sudoku niveau 4. A ma gauche georges lit le parisien et l’interview de Kate Winslet. ‘Leonardo je l’aime’. Un jeune inquiet vient me coller parce qu’il veut etre pres de la porte une station avant. Peur du pack portuguais?

Jean. Cheveux blanc de blanc du chercheur. Reflechisseur de toujours. De belles rides agremente son visage. Professeur emerite et protecteur de l’universite pour tous. Echarpe grise bien propre autour du cou. Jean est soucieux. Son front se barre de dix rides parfaites. Il regarde le monde qui evolue autour de lui. Il reflechit. Il ouvre son porte document et relit quelques notes. Chut moutons matinaux. Paul travaille.

Étiquettes : , ,

Une Réponse to “rate, publicite ambulante, pack portuguais et voyageur.”

  1. Nick Says:

    Je prends jamais le metro mais te lire me fais rire. J’adore

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :