Vache, belle-mere, dexter et quatre

07:18
Le quai de la gare est trempe comme s’il venait d’etre lave a grande eau. Le quai est a l’interieur. Il n’a pas ete lave. Certains sieges blancs en plastique moule sont trempes. Que s’est-il passe?

07:22
Marie, face a moi, dans son grand manteau marron a gros boutons dores, les cheveux frises tires en arriere, mastique a grand coup de machoire. Vache perdues au milieu d’une betaillere a moutons. Au fait est-ce que le mouton mastique?

Petite aparte temporalistique. Hier au retour j’ai discute avec un autre voyageur. Moment rare. Il appelait le train le corbillard.

Jeanne a ma gauche prepare le repas de ce soir. Elle feuillete un mini book de cuisine. Sauces. Legumes. Abats. Viandes. Perdue dans le sommaire, elle cherche une idee. Elle recoit sa belle-mere. Ce n’est pas la premiere fois mais elle ne peut s’empecher d’avoir une boule au ventre. Petite. Mais elle sent ressent cette tension chaque fois que la mere de son mari vient manger. Elle referme le livre. Elle a trouve. Elle sait qu’elle va l’epater. Elle n’a pas trouve. Desesperee elle ira discuter avec claude deux bureaux du sien. Elle aura une recette. C’est une belle-mere.

Sur le quai d’en face un colleur d’affiche fignole un dernier carre charge de colle. Quelques voyageurs qui n’ont rien d’autre a faire le regardent admiratifs. Pas un decalage. Les quatre panneaux sont parfaitement alignes.

J’aime les tetes chauves avec un enorme casque. Revendication d’utilite.

Helene assise sur son strapontin parle a son voisin de droite. Energique. Elle souligne son propos de ses grands yeux cercles de noir. Elle est convaincante. De dos. Charme. Elle se penche en avant. Ecoute son voisin. Se releve. Avec des lunettes. Plus de charme.

J’ai l’impression que le sudoku revient un peu a la mode. Les voyageurs lasses des insipides gratuits se sont peut-etre decides a derouiller a nouveau leur cerveau.

07:45
La porte du metro s’ouvre. Je suis envahie par une immense fille en maillot de bain blanc de blanc lassivement collee sur le mur.

07:48
La porte du metro s’ouvre. Dexter me sourit. Le droite du visage constellee de sang. J’espere qu’il est bien colle sur le mur.

4 strapontins face a moi. trois hommes une femme. Trois vieux un jeune. Un noir trois blancs. Trois brun un blanc ancien brun. Deux chaussures marrons une chaussure blanche un chaussure noire. plutot des paires. Quatre pantalons. Deux rien un sudoku un journal. Un rien trois sacs. Trois assis un parti.

Étiquettes : , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :