Enerve, mais transperce d’amour.

08:19
Rer A. Fontenay vers Paris. Arrivee sur le quai. Un peu charge. Prochain train zara a 08:27. Pas de signal de perturbation. Ratp.fr. Traffic normal sur l’ensemble des lignes. Si vous pensez que 8 minutes ce n’est rien. Je vous propose de venir voir la vitesse de remplissage d’un quai entre 8h et 8h30. Ce ne sont pas des minutes devant la tele. Si la Reine des Attrapes Touristes Parisiens pense que c’est un traffic normal, je comprends pourquoi rien ne semble se resoudre et pourquoi rien ne se resoudra jamais.

08:27
Le train arrive. A l’heure. Plein. Evidemment. Personne ne descend devant moi. Les habitues ne prennent meme pas la peine de se lever de leur siege sur le quai et de s’avancer pour voir. Ils savent que ce ne sera pas possible. Le suivant? Je ne sais pas.
Sur le quai face au vide, les gens discutent, les gens attendent.

08:30
Le train arrive. Un peu moins plein. Mouvement. Penetration. Chaleur et contact humain. Que demander de plus?

Jeanne tapote du stylet sur sa nintendo ds. En face d’elle assise aussi, marguerite parcourt ses fiches cuisine pour le repas de samedi. Elle recoit son beau-frere. C’est la deuxieme fois. Elle l’aime bien. Mais les relations entre son mari et son frere ne sont pas au beau fixe et elle espere qu’un bon repas peut les rapprocher.
Gros freinage. Grosse secousse. Corps secoues. Pas de chute.
Gros freinage. Grosse secousse. Corps secoues. Toujours pas de chute. Le chauffeur joueur gagnera peut-etre a la troisieme.

Vous connaissez la derniere blague de la ratp?
08:50 les gens font les sardines depuis 20 minutes. Pas de possibilite de bouger un bras. 12 ieme arret dans un tunnel. Chrrrk des hauts parleurs. ‘Votre attention s’il vous plait. Je vous remercie de patienter.’
Je vous assure que ca a fait sourire dans la boite de sardines.

Je suis debout accroche dans le couloir a une poignee. A ma gauche Karine. A ma droite Georges. Georges se tient au dessus de ma poignee. Plus de place. La main de Karine arrive. Mitaine noire ouverte sur de longs doigts fins. Ou va-t-elle se poser? Je le repete plus de place. Sur la main de Georges. Si si. Et georges? Il sourit. Il sont ensemble. Et moi potiche je tiens la chandelle au milieu des moities. Si si je pense a me deplacer. Mais impossible. Je suis transperce d’amour.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :