Peut-etre Jean a-t-il dormi avec son costume de lin?

08:19
Fabien, timberlands cuir retourne vermillon aux pieds, casquette adidas vissee, grand blouson blanc et bleu, sans oublier l’inevitable jean, bien qu’un cuir noir moulant eut donne a cette masse male un signe exterieur de feminite, legerement invisible maintenant tout de suite, Fabien, donc, deborde sur le couloir, une fesse suspendue dans l’allee, pour ne pas ecraser Luc, fin et droit, qui lit bien raide dans son costume juste presse un enorme livre posement pose sur ses genoux en equerre.

08:24
Derriere fabien, jeanne. Gelee en costume et perruque, legerement balancee par les vibrations du train.

Par la fenetre, a ma gauche, vue sur l’etage inferieur d’un train double qui part de Paris. C’est drole de ne voir que les mains et les genoux des gens.

Au loin Valerie. Valerie lutte contre l’apesanteur de son visage. Sourire est un effort. Il faut remonter un ensemble de chair qui cherche a descendre. L’effet se pourrait comique. La commissure des levres remonte. Mais tout le reste plonge vers le bas dans une tristesse absolue. Opposition. Quel est le sadique qui lui impose des lunettes?

Gare de lyon. Quatre gilets jaunes papotent en attendant l’arret complet du train. Le timing est devenu un reflexe. Un train toutes les 3 minutes.

08:38
Jean a l’air d’avoir dormi avec son costume de lin. Froisse. Peut-etre jean a-t-il dormi avec son costume de lin? Il aurait mieux fait de dormir avec quelqu’un.

Paul, cadre cinquantenaire bronze. Il me fait penser a un seguela avec une perruque. J’espere qu’il a sa rolex.

Marie monte. Corinne du fond du train se precipite a travers la foule. Elle n’a pas pas prepare sa sortie. Maire la laisse passer. Elle descend. Le chauffeur n’a pas du s’en remettre. Il a mis une minute a redemarre. Concomittance? Causalite?

08:50
Strapontin a ma droite, mon voisin parcourt le journal de la ratp. Page cinema. 4 etoiles pour la brume electrique de bertrand tavernier.
Sur les strapontins en face, Madame Cheval et mademoiselle cheval junior devisent. Le nez et la coupe ne laisse aucun doute sur le lien de parente. Ni la longueur du menton sur la race.

Étiquettes : , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :