Les betes sont montes a leur place dans la betailliere.

08:25
J’ai laisse partir ce train tout mouille, dont les vitres embuees trahissaient le troupeau ruminant et soufflant, reluctant a s’autotransformer en sardines, dans une atmosphere tropicale. J’ai laisse partir ce train et j’ai eu raison, comme quelques uns de mes egaux a cerveaux. La difference entre l’homme et la la bete, est la capacite a attendre pour avoir mieux. Les betes sont montes a leur place dans la betailliere. Les hommes sont restes sur le quai pour attendre pendant deux minutes ridicules, plus d’espace et d’humanite. Et ils eurent plus d’espace. Et ils eurent plus d’humanite. Dans ce monde de brutes.

08:31
Debout, du bout de l’allee, je regarde la masse heteroclite qui m’accompagne ce matin. A ma droite, sur une vitre, je vois un tag enorme. Evolution. Le tag est a l’interieur. Son auteur ne devait pas avoir une peinture qui resiste a la pluie.

A nation, devant moi, monte une grande perche sans fesse , tout en degrade bicolore. Chemise blanche, pull fin gris et pantalon noir.

Au loin, un monsieur se penche sur son journal, ses lunettes posees sur sa proeminence oculaire, dont je ne sais le nom, mais qui visiblement fait son office.

A ma gauche, le visage perdu dans sa toison d’or a reflet roux et le col releve de sa veste rouge vif, Noemie, appuyee contre le mur revasse doucement a un homme bien chaud qu’elle enserre de son amour et de ses bras si tendres.

08:45
Sur le quai, Paul, chaussures cirees comme un miroir, lunettes en cul de bouteille, note sur son cahier cartonne de sa petite ecriture dure des choses qui n’appartiennent qu’a lui.

Dans le wagon, avec Paul, je regarde Xavier jouer sur sa nintendo ds, pendant que Fabienne et Julie, adossees debout sur leur strapontin, smsent a toute vitesse de leur pouce expert.

08:54
Grand silence a saint germain. Le train a coupe ses moteurs. Calme. Dans le lointain du train, Eva blonde platine simili mannequin sourit de ses yeux affames a un grand ebouriffe de dos et a capuche.

09:02
Marie, voilee d’un leger foulard clair a motif palmier argentes et de lunettes, se tient debout a cote de Josette, assise dans son uniforme de bonne sœur avec sa coiffe sur la tete et egalement ses lunettes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :