Dire pardon doucement en ecoutant Marylin Manson

07:27
Ca caille! Ou est la chaleur sechante et morale remontante de la semaine derniere?

07:28
La greve de lundi n’a pas laisse de trace. Elle a ete absorbee. Elle a ete digeree. Ce ne fut qu’un instant. Il est passe. Visiblement. Au fond de chacun des voyageurs, il est venu se deposer delicatement sur la couche des souvenirs. Des souvenirs negatifs. Du ressenti. De l’agacement. Par-dessus tous les precedents. Un de plus. Pas la greve de 2007. Mais un de plus. Pellicule fine de souvenir. Un de plus. Le tas grandit. Lentement. Tres lentement. Mais il grandit.

07:35
Elle ferme le yeux et s’envole. Dans sa veste de cuir retourne, leger moutarde, les cheveux longs serres en arriere par une pince plastique noire, elle ne bouge plus. Elle sert dans ses mains sur ses genoux son lecteur mp3 carre noir brillant. Elle s’est achete un casque senheisser exterieur. Elle n’aime pas les intra-auriculaires. Et puis le son est vraiment meilleur. Elle est d’accord avec son copain que c’est moche. Mais ca vaut le coup pour le son. Et elle qui aime le classique, le premier mouvement de la symphonie numero 25 en sol mineur de mozart est extraordinaire. Le metro s’eclaire. Les tronches de cake des moutons environnants se parent d’un sympathique sourire. Et le monde est beau. Elle n’a jamais fume d’herbe, mais elle imagine que cela doit faire cet effet-la.

07:45
Une fille passe. Un sac a dos dans le dos et un verre a la main. Un liquide transparent.

Capuche bleue sur la tete, la tete rejetee en arriere, le nez au vent, un gros SWOOSH sur le torce, Mike dort.

Gare au loup! Il est en chacun de nous. Rire.

07:50
Comment ne pas parler trop fort avec de la musique plein les oreilles? Dur. Si l’on parle doucement, il est difficile de s’entendre. Dire pardon alors que Marylin Manson crie dans le creux de l’oreille, c’est un peu comme etre aphone. On a fait tous les gestes. Ouvrir la bouche, placer la langue, les cordes vocales, pousser l’air de la trachee, mais aucun son. Alors on monte le volume pour surpasser Marylin. Tout le monde se retourne. On a l’air d’un con. Ce qui devait etre un petit pardon tout simple, entre deux personnes, parce qu’on avait sans faire expres appuye sur le pied de quelqu’un, devient un evenement dans le silence convenu du train.
Une solution est de sentir les vibrations interieures. Celles qui apparaissent quand vous parlez. On y fait souvent pas attention. Mais placez votre main sur votre gorge et dite pardon. Ca vibre. Certains se rappelle surement de pepe boygton (pardon pour l’orthographe) et des ses fous volants. Ils communiquaient dans leur avion avec des capteurs sur la gorge. Donc si vous arrivez a bien sentir cette vibration et a connaître le bon niveau de vibrations de votre volume normal, vous pourrez dire pardon normalement.

Étiquettes : , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :