Remplissez le quai!

08:29
Remplissez le quai! Remplissez le quai! C’est ce que semble dire une voix inconnue a ce flux continu de voyageurs. Quand le quai est plein, un train arrive et aspire le quai. Flluuuush. Vide une seconde. Le flux n’a pas cesse et le remplissage recommence. Le train repart. Je pense aux gigantesques camions americains qui en file indienne viennent se charger en terre ou gravas. Sans arret.

08:35
Fabien a les mains croisees sur son sac de voyage imitation Louis Vuitton. Depuis son petit bouc noir, jusqu’à son petit pull jacquard, sous une veste lourde, tout a l’air pense elegance. Il se repose. Il ferme les yeux et laisse son esprit s’echapper. La nuit a ete longue. Il va prendre le train pour Londres. C’est la qu’habite son cousin. Il a decroche une formation en finance dans la celebre capitale anglaise. Pas le top aujourd’hui, mais quand son cousin lui avait parle de cette ecole, la crise n’etait qu’une immense rigolade et ce que les gens voyaient, c’etait le fric qui coulait entre les bulles de champagnes. Toute la nuit Fabien a fait la fete avec ses potes et sa famille. Il part un an et il ne pourra pas revenir. Ca famille s’est sacrifie pour lui. Entre ca et ses maigre revenus de divers petits boulots, il a juste boucle les frais annuels. Pas question de retour tous les weekends. Il se leve et sort, son sac a la main, elegant, vers un avenir prometteur.

De ma hauteur, je vois les traces parfaites et rectilignes que le peigne a laisse dans les cheveux gris sel et encore humide de Georges. Combien de temps tiendra cette perfection?

Sous mes yeux, Jeanne place son piercing dans son oreille droite.

08:55
Vincent marche en attendant le train. Il fait conscienceusement craquer ses chaussures en marchant doucement.

Noemie, grande et deguindee, est totalement inadaptee a ses vetements.

Le train plein s’eteint au loin dans le tunnel sombre. Deja le train suivant arrive. Vide.

08:59
Surprise. Un homme se repose allonge sur deux siege, une allee et un siege. Ce n’est pas un clochard. Personne ne dit rien. Trop complique. Trop de barrieres. Maxime, il faut oser.
Sur le siege, au bout de ses pieds, une fille est assise. Droite et fiere.

Alignement de filles. Droite, bouteille d’eau sur les genoux, pantalons, jambes croisees. Droite, livre ouvert, pantalons, jambes alignees, pieds rentres. Droite, jupe, jambes alignees serrees. Droite, jupe, jambes ouvertes.

Étiquettes : , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :