Mickael Jackson n’a pas survecu a Farrah Fawcett

26 juin 2009

08:48
Un peu de retard a l’allumage dans cette metropole ambiance tropicale. Je lisais sur mon telephone le long article du New-York Times sur la mort de Mickael Jackson. Et je ne trouvais rien sur Farrah Fawcett… La pauvre. On peut dire qu’elle a mal choisi le jour de sa mort. On dira un jour que Mickael n’a pas survecu a Farrah.

Revenons a la chaleur dense metropolitaine et souterraine. Des gouttes de sueur coulent sous ma veste. Je crains les malaises de voyageurs.

A cote de moi, assis cote a cote, Georges et Michel font un concours de taille d’ecran. Ils regardent chacun un film, tete recouverte d’un enorme casque. Georges a la tete du geek reclu dans son monde. Et ce n’est pas sa banane et son enorme ecran video portatif qui me detourneront de cette analyse forcement subjective. L’ecran de Michel est plus petit. Il a perdu.

Saint placide acide ne me souhaite pas la bienvenue avec ses murs sals degoulinants de toute part. Son suivant s’en chargera.

08:59
Sur le quai du montparnasse, deux monts se balancent au gres des pas de leur deesse.
De leur balcon si profond, ils mirent le monde qui les admirent. Ces vieux monts de 50 ans vrai ou faux sont la pour paraitre et finiront par etre leur propre image. Ils se degonfleront.

Publicités

De son corsage jaillissent deux mondes doux.

25 juin 2009

08:23
Les gens montent. Les gens montent. Un train est en bas. Un train est a quai. Je passe le tourniquet. Je me precipite vers les escaliers. J’entends le train qui part et j’arrete ma course. Je descends tranquillement et j’attends debout sur le quai les 5 minutes qui separent 08:23 de 8:28. Malheur.

08:29
Le train est parti. Il est parti sans moi. Trop plein. Plein de sueur. Plein de chaleur. Plein de manque d’espace. Le prochain est dans 2 minutes.

08:31
Je m’asseois. Reve. Cauchemard. Ca sent la sueur. Fort.
A cote de moi, Bea lit du bout du pouce un texte sur son iphone. Elle le fait defiler delicatement vers le haut d’une caresse delicate de la pulpe du pouce sur l’ecran.

8:37
Nous avancons petit a peton le long des rails interminables. Non terminables. Entre minables.
La langueur de ce lent cheminement laisse mon esprit divaguer sur les mots et l’emotion. E-motion. Mouvement electronique.

De son corsage jaillissent deux globes au sein desquels plonge un cœur de diamant.
De son corsage jaillissent deux mondes doux et formidables ou plongent un cœur de diamant.

08:43
Deux places se liberent. Jean et jeanne en train de discuter debout un peu a cote s’y meuvent. Jeanne ne regarde pas. Deja de dos elle se contente de reculer vers une des deux places. Elle abaisse son fessier. Mais la place n’est plus libre. Mais la place est deja prise. Valerie en attente stationnaire et verticale depuis un moment deja, d’un mouvement souple et simple rotatif s’est assise. Et Jeanne va s’asseoir sur Valerie. Mais valerie avec dexterite touche le dos de Jeanne, qui se retourne prestement en se demandant pourquoi un siege la refuse. Alors elle voit Valerie et confuse s’excuse de la voix et assassine des yeux. Fin de l’episode malheureux. En attendant Jean s’est assis et laisser sa place a jeanne ne l’a pas effleurer.