Posts Tagged ‘pub’

Tu peux pas faire gaffe avec ton cafe de merde!

2 avril 2009

08:05
Les transports sont tellement au point que pour un trajet d’a peine plus de trois quarts d’heure, partir une heure et demi avant me semble a peine suffisant. J’ai l’impression tenace que je serai en retard.
Et ce n’est pas la coupure du B a gare du nord qui est la pour me rassurer.

08:09
Un peu de culture ce matin. Cours d’attache d’un bebe dans le dos grace a un grand pagne multicolore. Je peux vous dire que tout le monde etait tres attentif, bien qu’aucune question n’ait ete posee. Seul Paul,son voisin a ete un peu perturbe dans sa lecture. Mais il n’a rien dit non plus.

Qui a invente ce type de rame en decale? Celle ou les blocs de 4 sieges ne sont pas tous face a face. On sent bien l’intention de depart de créer quelquechose de moins conforme, moins bloc. Mais au final encore une creation prevue pour peu de monde. Quand la rame est pleine on ne sait plus ou se mettre. On est toujours gene par quelque chose, un poteau, un strapontin, un siege. Nul.

Perte de reperes
Deux blondes. Une moche. Une belle. Deux balayages. L’un de deux jours. L’autre de trois semaines. Jusque la rien d’etrange. Les stereotypes sont conserves. L’une lit gala. L’autre lit capital. C’est la que ca derape. Les blondes lisent maintenant?

Brigitte fait de la resistance. Elle arbore avec eloquence et transparence le logo bnp paribas et ses etoiles-oiseaux verts sur son sac, qui se ferme sans bouton. Celui qui volerait son sac pourrait invoquer la legitime defense.

08:31
Petite pub sympathique pour le Maroc. ‘vous etes tellement triste que vous faites pleurer les oignons? Il est temps d’aller mieux. Marocotherapie.’ rigolo.
Je me demande si les quelques personnes egarees dans les prisons marocaines adherent a cette vision. Ils sont la-bas et les oignons continuent de pleurer.

08:37
Fabienne ne bouge pas. Cette blonde venitienne, le manteau col fourrure ouvert sur un teeshirt si blanc qu’omo en serait vert, et la bouche ouverte, s’accroche a son gobelet de cafe starbuck.
C’est assez nouveau de voir des gens se balader dans le metro un cafe a la main. Apres le livre, le journal, le baladeur cassette, les cours, les comptes, le baladeur cd, le telephone, les presentations powerpoint, le lecteur mp3, le journal gratuit, le lecteur de films, voici le cafe. Avec capsule ou non. Je peux donc me permettre de predire des aujourd’hui qu’on entendra sous peu un grand cri ‘oh! Putin connard! Mon costume est foutu. Tu peux pas faire gaffe avec ton cafe de merde! T’as pas entendu que les portes se fermaient‘ et pas qu’une fois.

la tempete m’envole, mais l’hotesse me fait patienter

10 février 2009

08:20
Je prends le risque. Avec une dame que je ne connais pas, nous avons decide de prendre un risque. Attendre 2 minutes le prochain train. Celui devant nous est presque plein et nous sommes avides de notre confort. Tentons. Tentons. Pousse par le vent de la tempete, notre train sera rapide. D’un petit souffle le vent de l’ouest l’enverra dans le tunnel et tel un boulet dans un canon, il arrivera a chatelet sans effort. De l’ouest? De l’ouest? Je crois que j’ai rate un point. Mon train traverse Paris d’est en ouest. Le nez dans le vent. Rate. Il va falloir ramer.

Chanel dans les cheveux, sommeil dans les yeux, nez refait au vent, jacqueline dodeline de la tete. Elle se demande ce qu’elle fait la, avec ses gants roses elegants. Que fait-elle au milieu de ces manants? Ca etait si dur de se retrouver bloque au tourniquet. Comme une voleuse. Elle avait oublie depuis longtemps qu’il fallait un ticket. En colere et genee, elle ecoutait tous ces bips qui l’accusaient.

Tututu. Vote attention. Votre train est momentanement maintenu en gare. Il redemarrera dans quelques instants. Message approximativement retranscrit. Message diffuse d’une voix d’aeroport. Message sans interet. Premierement parce que nous sommes dans un train. Secundo parce que nous n’allons pas partir. Nous voudrions juste savoir le putin! de probleme que la Riche Administration du Temps Perdu va encore pouvoir inventer.

Au loin, trois carres devant moi, jeanne parle seule. Ses levres remuent et sa tete bouge. Mais sa voisine en face, de dos pour moi, ne suit pas le mouvement. Observation. Pas de trace d’oreillette ni de fil depuis l’oreille. Serait-elle vraiment folle? Tout a coup se leve une feuille au bout de sa main. Elle revise. Elle repete. Dans sa tete. Avec sa tete et un peu avec ses levres. Ouf! Elle etait trop mignonne.

08:39
Excusez moi. Ca traine a cause de l’affluence des voyageurs. En fait ca bouchonne vers Paris. Contraste saisissant. De la voix. Du ton. Du vocabulaire. Nous sommes loin de l’hotesse de l’air. Un peu trop les pieds sur terre. Mais c’est beaucoup plus sympathique. Meme si ca n’arrange pas nos affaires. Sur ratp.fr ils parlent plutot d’un voyageur malade. Rien d’incompatible. Une trop grande affluence de voyageurs malades est nuisible au traffic.

Paul sous mes yeux de ses gros doigts de paluche manipule avec finesse les touches minuscules de son blackberry de compet.

Devant moi point d’espace. L’air est rare dans ce train qui part. Sur le quai je me delace. Je profite de ce temps pour rhabiller mes tourments. De suite le suivant se glisse devant moi, rien qu’a moitie plein, et comme un salut respectueux s’arrete devant moi et s’eteint. Reve de grandeur. Reve eteint par la voix du conducteur qui freine vite l’ardeur de quelques moutons endormis qui voudraient monter dans ce train alors que du tunnel son cul n’est point sorti. Dommage. Il est en fait plein et je le laisse repartir. Le suivant est plus rapide bien qu’aussi plein. Il charge ce qu’il peut et laisse vite sur le quai les quelques complexes du confort pour se soulager et se nourrir à la station suivante.
Le confort ayant ses limites de temps, je me decide a prendre le suivant.

Elle, sur fond rouge, me promet de gagnez dix ans sans perdre mon naturel. Mais ne serait-ce pas contre nature d’avoir l’air naturel avec 10 ans de moins?

A cote de moi, une femme d’un certain age, voir d’un troisieme, joue, assise, avec une console archaique au milieu d’un faux manteau de fourrure, pardon d’un manteau de fausse fourrure. Elle a du la retrouver dans les cartons de son fils age aujourd’hui de 43 ans.